Version imprimableEnvoyer à un ami
Alimentation

Zéro-Gâchis : la solution contre le gaspillage alimentaire dans les grandes surfaces

23/01/2014 | Stéphanie Lechêne

Ils sont 3, sont brestois, n'ont pas encore 25 ans mais ont trouvé la bonne idée pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans les grandes surfaces.
Le concept Zéro-Gâchis est concrètement une zone délimitée dans un supermarché où sont entreposés les produits ayant une date de conservation courte (moins de 3 jours). Pour le consommateur, c'est une remise en moyenne de 50 % sur des produits frais ou secs et pour la grande surface, une perte financière en moins.
Mais surtout, ce sont des produits qui ne finiront pas à la poubelle !
 

Comment ça marche ?
Soit vous anticipez vos achats et sur le site internet de Zéro-Gâchis, vous consultez les listings des produits présents dans la zone Zéro-Gâchis de votre supermarché préféré. On vous indique alors la quantité et le prix, il ne vous reste plus qu'à vous rendre sur place pour l'acheter, soit vous achetez directement sur place quand vous faites vos courses dans les lieux balisés Zéro-Gâchis.

L'aventure Zéro-Gâchis
"Tous les jours ou presque, je faisais mes courses dans la même grande surface car elle disposait d'un espace dates courtes avec des produits moins chers. Mon frère, de son côté, aurait été intéressé par ces produits mais ne savait pas dans quelle grande surface se rendre pour en trouver " explique Paul-Adrien Menez.

D'où l'idée de promouvoir ces produits dans des zones délimitées des supermarchés. Et aussi de rendre la noblesse à ces produits bradés qui se retrouvent souvent dans les rayons avec une étiquette rouge et jaune stigmatisant la remise sur le produit.

"Je trouvais que c'était un beau geste de valoriser des produits certes à date courte mais moins chers au lieu de les jeter. Nous avons toujours fait attention au gaspillage alimentaire dans notre famille et ça fait vraiment mal au coeur de mettre des denrées à la poubelle." explique Paul-Adrien.

"Chaque matin, les supermarchés nous envoient la liste de produits en fin de vie. Nous nous chargeons de trouver les photos, d'indiquer le poids, la quantité et le prix et de la mise en ligne."

Les 6 premiers mois, les courageux allaient directement sur place dans les supermarchés et référençaient eux-mêmes les produits. Grâce au développement d'outils informatiques réalisés en test avec des grandes surfaces, cette étape a été automatisée…

Et du courage, les bretons n'en manquent pas ! Ils ont d'ailleurs laissé en plan leurs études pour se lancer dans l'entrepreunariat. Paul-Adrien Menez, directeur commercial et responsable du management a arrêté son école d'ingénieur, son frère Christophe a quitté son école de commerce et est aujourd'hui responsable administratif et financier et Nicolas Pieuchot a, lui, abandonné son école en informatique. ll est le développeur de Zéro-Gâchis.

Le projet a vu le jour en 2012. Depuis, Zéro-Gâchis a remporté des concours, des trophées et de la renommée. La structure doit aujourd'hui convaincre des supermarchés d'entreposer une zone de produits à date courte dans leurs magasins.

En retour, les grandes surfaces payent un forfait mensuel à Zéro-Gâchis pour l'ensemble des produits vendus.

Paul-Adrien se fixe comme objectif d'être présent dans une trentaine de villes en 2014 sur le territoire national. Leur récente implantation nantaise permettra peut-être de disposer rapidement de zones Zéro-Gâchis dans les Pays de la Loire. On vous tient informés !

Seuls quelques supermarchés de la région Bretagne sont référencés sur le site mais cela permet déjà de mesurer l'efficacité de Zéro-Gâchis.

Car le résultat est visible de suite : moins de perte pour la grande surface et un pouvoir d'achat en plus pour le consommateur.
                      

Même si Paul-Adrien précise qu'il ne faut pas diaboliser les supermarchés car elles font de gros efforts pour sensibiliser au gaspillage alimentaire, il ne faut pas oublier que ce sont les grandes surfaces qui génèrent le plus de déchets en comparaison avec des magasins spécialisés.

À qui la faute ? Encore au consommateur qui préfère une tomate bien ronde à celle qui est ovale ou à l'industriel qui nous a tanné pendant des années pour qu'on préfère des fruits et légumes calibrés ?

Zéro-Gâchis espère que c'est grâce à la sensibilisation générée auprès des consommateurs qu'un changement dans l'acte d'achat s'opèrera.

A cela, il faut  plusieurs conditions : que le consommateur soit éclairé (d'ou viennent les produits, de quoi sont ils composés, etc.) et que l'industriel soit plus engagé sur l'origine et la conception des produits (moins d'emballages, partenariat avec producteurs locaux, etc.)

Alors certes, les supermarchés vont dans le sens d'une consommation durable mais n'oublions pas que lutter contre le gaspillage alimentaire ça leur rapporte quand même de l'argent.

2014, année européenne du gaspillage alimentaire
Le développement de Zéro-Gâchis tombe à pic car le Parlement européen a déclaré 2014 année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire.
 

Gaspillage alimentaire en Europe : 89 millions de tonnes par an
(soit 179 kg en moyenne par habitant)

Origine du gaspillage :
- ménages : 42 %
- industrie agroalimentaire : 39 %
- détaillants : 5 %
- secteur de la restauration : 14 %

(Source : Commission européenne)


L'info en plus
: le défi !
La SenseSchool et zéro-Gâchis s'associent avec le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt ainsi que le CROUS pour lancer un défi aux étudiants :
créer le premier outil de réduction du gaspillage alimentaire à l'usage de 300,000 étudiants en France, avec comme premier terrain d'étude les lieux de restauration étudiants ! S'inscrire à la SenseAcademy