Version imprimableEnvoyer à un ami
Energie

Visite de la centrale photovoltaïque de Beaulieu à Nantes

19/05/2011 | Estelle Labarthe
A l'occasion des journées européennes de l'énergie solaire, Consommer Responsable s'est greffée sur une visite de la centrale photovoltaïque de Beaulieu à Nantes organisées par l'association Alisée (Espace Info Energie de Nantes). Inaugurée en avril 2009, son existence est à peu près connue à l'échelle de la métropole nantaise, mais tout le monde n'a pas eu l'occasion encore de voir à quoi cela ressemblait. Nous vous faisons donc partager notre visite à travers les questions du public et les réponses de [nodepicker==node/3675==Sobri%E9t%E9%2C%20efficacit%E9%2C%20renouvelable%20%21==Julien%20Bouron%2C%20conseiller%20%E9nergie%20de%20l%27association], qui guidait la visite. 
Voir la vidéo

Surface de l'installation ?
La centrale photovoltaïque s'étend donc sur 1350 m2 de surface, ce qui correspond environ à 60 fois la taille d'une installation chez un particulier. Sa surface en fait l'une des centrales urbaines les plus grandes de France.
Nantes Métropole a investi sur ce projet lors des travaux d'agrandissement du centre commercial Beaulieu. La construction d'un nouveau bâtiment de parking offrait l'opportunité d'un espace de toiture immense que Nantes Métropole a donc proposer de louer au Centre Commercial pour pouvoir y installer les panneaux.

Comment sont orientés les panneaux ?
La toiture est orientée sur toute sa longueur au Sud /10°Est, ce qui en fait un emplacement idéal, d'autant qu'il n'y a ni bâtiments, ni végétaux alentours susceptibles de masquer les rayons du soleil.

Production ?
Evidemment les chiffres sont impressionnants !  L'installation produit chaque année 200 000 kwh, ce qui correspond à l'équivalent de la consommation électrique (hors chauffage) de 200 personnes pendant un an. C'est sûr c''est à faire pâlir n'importe quel particulier avec ses 20m2 sur la toiture !!!!!!
La centrale n'est pas reliée directement à des foyers, ni même au centre commercial Beaulieau. L'électricité produite est injectée au fur à et à mesure de sa production dans le réseau général et est utilisée aussitôt. Le volume est comptabilisé par un compteur de production et facturé chaque année à EDF, ce qui rapporte globalement 60 000 € par an (32 cts environ le kwh).

Combien ça coûte ?
L'installation a coûté 1,2 millions d'euros, dont 1 million financé par différentes subventions. Nantes Métropole a payé de ses fonds 200 000 €.

Finalement, une production qui couvre les besoins de 200 personnes, c'est beaucoup ou pas ? que faut-il en penser ?
C'est toute la question ! Une telle surface pour alimenter l'équivalent de 200 personnes. Combien d'immeubles faudrait-il pour couvrir ne serait-ce que les besoins des 7000 habitants de l'île Beaulieu ?
Les surfaces idéalement orientées, où il est possible d'installer de telles centrales existent bien-sûr, mais ce n'est pas le cas de tous les toits d'immeubles !!  L'investissement n'est pas rentable partout. Et si on voulait remplacer notre énergie nucléaire par des éoliennes par exemple, ajoute Julien Bouron de l'espace info énergie, accompagnateur de cette visite, il faudrait compter 5000 éoliennes par réacteur nucléaire (il y a 58 réacteurs en France), ce qui impliquerait d'installer environ 300 000 éoliennes, soit une éolienne tous les 2 km2 !

Julien Bouron poursuit son explication : pour que les énergies renouvelables puissent prendre une vraie place, il faut d'abord revoir à la baisse notre consommation, explique notre guide, conseiller énergie. C'est en consommant bio, local, de saison, en utilisant au maximum les transports en commun et les modes de déplacements doux, en concevant des maisons bien isolées, bien orientées que la consommation énergétique par individu diminuera progressivement et que les énergies renouvelables, à installations égales, pourront alors couvrir une part conséquente de nos besoins.

Faut-il considérer que les panneaux photovoltaïques polluent ?
Aujourd'hui, un panneau est constitué d'aluminium, de vynile, de plastique et de silicium. Toutes ces matières se recyclent et sont recyclées en fin de vie des panneaux. Mais, c'est sûr qu'il a fallu que les filières se mettent en place, aujourd'hui c'est le cas. Mais, complète Julien Bouron, ce n'est pas très cohérent de se poser cette question pour les panneaux photovoltaïque et de l'utiliser à charge, alors qu'on oublie toujours  de la poser quand il s'agit d'acheter des réfrigérateurs, des téléviseurs, des ordinateurs qui contiennent des produits encore plus polluants. Pourquoi ne considère t-on pas pour ces objets que leur pouvoir de pollution est  un frein à leur achat ou à leur développement, alors qu'on laisse cette idée là s'installer dans l'esprit des gens pour faire frein au développement du solaire. C'est normal de se poser cette question de l'impact environnemental des matériaux utiliser, mais à condition de se la poser pour tout ce qu'on utilise !

L'association Alisée est mandatée par Nantes Métropole pour assurer les visites de la centrale photovoltaïque de Beauliau. De nombreux RV sont proposés tout au long de l'année pour la découvrir.