Version imprimableEnvoyer à un ami
Energie

Une éolienne offshore en test dans le Pays de Retz

06/04/2012 | Stéphanie Lechêne
Inaugurée le mois dernier, la plus grande éolienne offshore du monde est implantée au Carnet, à Frossay (44) ! Destiné à être installé en mer, ce prototype construit par Alstom à Saint-Nazaire va être testé sur la terre ferme pour simplifier les procédures.Bien que les associations écologistes soutiennent fortement les projets éoliens, notamment off-shore sur le territoire, ils regrettent le peu de concertation sur les choix d'implantation de cette éolienne à seulement 100 m de la Loire. Le point sur le projet et l'avis de Xavier Metay de France Nature Environnement Pays de la Loire. 

Le projet
L'éolien offshore est l'une des sources énergétiques indispensable pour répondre aux objectifs  internationaux de développement du renouvelable avec l'énergie solaire, éolien, le bois énergie ou la méthanisation. L'Union Européenne s'est également doté d'un "paquet énergie-climat" ambitieux pour atteindre 20 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre, une amélioration de 20 % de l'efficacité énergétique, et une part de 20 % d'énergies renouvelables.
Autant dire que pour atteindre ces chiffres, il va falloir sérieusement développer la filière industrielle des énergies renouvelables en France !

Dans les Pays de la Loire, les énergies marines renouvelables (EMR) constituent une véritable opportunité. La Région s'est associée à la région Basse normandie pour offrir une offre complémentaire en matière de recherche, de prototypage, de filière industrielle complète, de capacité logistique et bien sûr de capacité portuaire ouverte sur la Manche et l'Atlantique. Les deux régions ont d'ailleurs signé début 2012 un protocole de coopération. Objectif : être une référence dans la filière française de l'éolien en mer.

Des chiffres
L'éolienne a été fabriquée dans l'usine Alstom de Saint-Nazaire. Elle mesure 176 m avec un mât de 75 m de haut et de 8 m de diamètre.
La turbine a une puissance de 6MWatt entrainée par 3 pâles de 73,50 m chacune qui pourrait alimenter en électricité jusqu'à 5000 familles !

Un permis de construire précaire
Xavier Métay de France Nature Environnement rappelle que pour ce type de projet il est important que les associations locales et écologistes soient concertées pour étudier les conséquences d'une telle implantation sur l'environnement. Une enquête publique a été réalisée en amont à laquelle FNE a répondu défavorablement. La raison : la zone du Carnet est une zone migratoire et contient des zones protégées. Elle est d'ailleurs protégée par la loi littoral car proche de la Loire. Point positif : les pales de la machine seront stoppées pendant les périodes de migration.

"Alstom a fait la demande d'un permis de construire précaire pour éviter de se plier à la loi littoral. Ce type de permis est d'habitude réservé à des événements ponctuels d'un jour ou deux. Cette éolienne bénéficie d'un permis précaire de 5 ans !
FNE Pays de la Loire a donc posé un recours en justice avec Bretagne Vivante, SOS Loire Vivante, et la Ligue pour la protection des oiseaux. La procédure est en cours.  Ce que nous demandons, c'est d'être concerté en amont des projets par le promoteur pour que tout se déroule bien !

Nous sommes pour le développement des énergies renouvelables, pour l'éolien offshore. On souhaite juste que les réglementations soient respectées."

Un appel d'offre national
Suite à l'appel d'offre de l'Etat pour l'implantation d'éoliennes offshore, le consortium formé par EDF et Alstom a remporté les projets sur Saint-Nazaire, Fécamp et Courseulles-sur-Mer (résultats annoncés le 6 avril). Alstom devrait implanter une usine de fabrication de turbines et d'assemblage de nacelles à Montoir-de-Bretagne. Avec en perspective la création de 100 emplois à partir de 2014. Et si tout se passe bien, un réseau de sous traitant locaux de la région nazaréenne serait sollicité pour la fabrication de mâts et de pales : un millier d'emploi seraient créés.