Version imprimableEnvoyer à un ami
Commerce équitable

Oumarou Gadjéré, producteur de coton équitable, au Cameroun

04/10/2010 | Estelle Labarthe
Rencontre avec Oumarou Gadjéré, producteur de coton équitable au Cameroun, qui témoigne des enjeux pour son village de ce mode de production.
Voir la vidéo

Pour un kilo de coton graine conventionnel vendu 180 Francs au Cameroun actuellement, le kilo de coton équitable, lui, se vend 238 Francs. 58 Francs supplémentaires par kilo, donc, directement versés aux productrices et aux producteurs, proportionnellement au volume produit par chacun d’eux. Avec ce complément de prix, les producteurs peuvent de nouveau payer, par exemple, la scolarité de leurs enfants.

D’autres primes sont versées par FLO CERT (Fair trade Labelling Organisation, organisme de certification et de contrôle du commerce équitable), aux groupements de producteurs  ainsi qu’à la fédération nationale des coopératives de producteurs. Ces primes là permettent de financer des équipement pour le développement des villages (route, école, centre de santé..) et l’embauche d’ingénieurs pour former et accompagner les producteurs dans leur travail en production équitable.
Les producteurs de coton équitable se réunissent par village et chaque village s’organise en une coopérative, où les décisions se prennent en votant. Chaque producteur participe au vote, femmes et hommes à égalité et dans certains village, des femmes prennent la tête de coopératives.

Le prix minimum garanti (supérieur à celui du cours mondial du coton conventionnel), ne tient pas seulement à l’éthique des acheteurs, il repose aussi et surtout sur la qualité du produit, issu d’une méthode de production respectueuse de l’environnement et garanti sans OGM. Certaines coopératives obtiennent d’ailleurs aussi le label biologique (mais la certification est très couteuse et toutes ne peuvent pas financer le processus).

Un prix juste pour le producteur et la garantie pour lui et sa famille de standards sociaux minimum, une prime de développement pour la coopérative, la garantie de droits fondamentaux des personnes : un coton qui respecte l’environnement et l’homme dans son environnement : il ne s’agit bien là, ni d’un commerce charitable, ni éthique mais bien équitable.

Et le système fait ses preuves : au Cameroun, à l’apparition du programme en 2004, seuls 6 groupements de producteurs se sont lancés dans la certification, pour 117 tonnes de coton équitable produites. En 2007, 198 groupements de producteurs participaient à la culture du coton équitable, ils ont produits 9187 tonnes.