Version imprimableEnvoyer à un ami
Insertion

L'insertion par l'activité économique dans les Pays de la Loire

23/02/2012 | Stéphanie Lechêne

Vous ne le saviez peut-être pas mais il se peut bien que les employés chargés de s'occuper des espaces verts de votre commune, les maraîchers qui produisent les légumes du panier que vous achetez chaque semaine, les personnes qui trient les vêtements chez Emmaüs ou encore les garagistes qui réparent votre voiture sont des personnes en situation d'insertion professionnelle.

La Constitution française de 1946 notifie dans son préambule "Tout homme [...] a le droit d'obtenir un emploi." Et c'est parce que "Nul n'est inemployable" que l'insertion par l'activité économique répond à des personnes éloignées de l'emploi pour des rayons de santé, familiales ou financières.

Il existe différentes formes de structures d'insertion par l'activité économique. Nous avons rencontré Daniel Lebardier, délégué régional du réseau Chantier Ecole Pays de la Loire qui explique bien les différences entre les structures de l'insertion par l'activité économique.
 

Les ACI (Atelier et Chantier d'Insertion) emploient des personnes exclues du monde du travail et proposent un accompagnement social, professionnel et d'aide à la production/fabrication dans des domaines variés : environnement, collecte, traitement des déchets, bâtiment, services à la personne, restauration, maraîchage, etc. Les clients sont en grande majorité des collectivités.
L'atelier d'insertion concerne une production dans l'atelier de la structure et le chantier d'insertion se passe en extérieur, chez le client.

"L'insertion des personnes se fait sur une production grandeur nature. Ce n'est pas de l'occupationnel car la production est soumise à l'appréciation du client qu'il soit privé ou public. Il y a donc une exigence de qualité."

Important : l'ACI n'est pas une personne morale, ça n'est pas une structure mais un outil qui s'appuie sur une structure. Cela peut être une collectivité, un CCAS, une association ou un centre de formation.

Dans les Pays de la Loire, on dénombre 113 structures qui portent 214 ateliers et chantiers d'insertion. Ces structures passent une convention avec l'Etat pour 2872 postes en insertion. (Chiffres 2009)

Espoir Jus de fruit à Ecouflant (49)

Voir la vidéo



Méli-Mélo, chantier d'insertion d'Oser Foret vivante à Rezé (44)

Voir la vidéo



Nantes Ecologie l'air livre à Nantes (44)

Voir la vidéo



L'AI (Association Intermédiaire) emploie des personnes plus autonomes, capables de sortir de la structure d'insertion. Les travailleurs sont donc mis à disposition du client.

L'EI (entreprise d'Insertion) fédérée par l'UREI (Fédération Régionale des Entreprises d'Insertion) touche des gens plus proches de l'emploi. Ce sont des entreprises ou associations qui exercent leur activité aux conditions du marché concurrentiel et leurs revenus dépendent de la vente de leur production. Les personnes employées en EI sont embauchées en CDD pouvant aller jusqu'à 24 mois sous réserve de critères définis par Pôle Emploi.

Solidar'Auto 49, entreprise d'insertion à Trélazé (49)

Voir la vidéo



Arbr'Anjou à Chanzeaux (49)

Voir la vidéo



Apivet à Angers (49)

Voir la vidéo



Envie 44, à Saint-Herblain (44)

Voir la vidéo



Il y a donc une graduation des types de structures d'insertion en fonction de l'éloignement de l'emploi des personnes.

On entre dans un ACI ou une EI soit spontanément, soit via Pôle Emploi, via les missions locales ou encore par le Conseil Général (qui gère le RSA). Il faut répondre à certains critères pour y prétendre : chômage longue durée, etc.

Des exemples :
L'ADASA est l'Association Départementale d'Accueil, de Solidarité et d'Activités à Laval. Elle propose 4 chantiers d'insertion :
- Bois de Bout : récupération et recyclage des palettes en bois, rénovation de logements sociaux
- Frip'ouilles : tri, valorisation et vente de vêtements d'occasion (en partenariat avec Emmaüs)
- Détroit : collecte, démantèlement et reconditionnement des déchets électriques et électroniques
- Les jardins de l'aventure : maraîchage bio et vente de paniers aux adhérents

Esnov'Chantiers à Challans est une association d'insertion et a pour activités des travaux d'espaces verts et forestiers et des travaux de maraichage.

Erdre et Loire Initiatives, à Ancenis, accueille des chantiers d'insertion autour de la nature et du patrimoine, du bâtiment et décoration et un atelier de costumes.

A Saumur, AGIS est une association solidaire qui, grâce à son chantier d'insertion, propose l'achat ou la location de voitures et cyclomoteurs à bas prix : un garage solidaire proche de l'activité de Solidar'Auto 49 à Beaucouzé.

Les Jardins de Vaujoubert (adhérents au réseau Jardins de Cocagne) sont un chantier de l'association L'Horizon au Mans et proposent des paniers de légumes bio.

"L'emploi est un prétexte pour réapprendre des règles simples de vie"

"Le travail d'un ACI, c'est de restructurer la personne en tant que telle mais aussi en tant que travailleur. Il ne faut pas se fier aux chiffres de sortie du circuit d'insertion souvent défavorables. Une personne qui n'a pas de perspective d'emploi après un passage en ACI n'est pas un échec pour nous. Ce qu'on défend c'est de prendre le parcours dans sa globalité."

"Nous recevons des personnes alcooliques, dépressives, avec de lourds problèmes de santé, familiaux ou financiers… Ce qui nous importe, c'est la remise au travail avec des règles qui pour nous sont le b.a-ba : venir à l'heure, venir propre, respecter les consignes de sécurité, respecter les consignes de production.

L'objectif d'un chantier n'est pas de former les gens à un métier, les centres de formation le font très bien mais on espère soit provoquer un déclic pour justement intégrer une formation professionnalisante soit se réorienter vers un autre chantier.
On remarque d'ailleurs que beaucoup de gens qui par exemple font du maraîchage pour se remettre sur le chemin de l'emploi vont ensuite se diriger vers une autre branche quand la confiance en soi revient. On est là pour restructurer la personne pas pour former des professionnels. C'est la 1ère marche vers un retour à l'emploi."

"L'emploi c'est une perspective qu'on défend mais peu de personnes qui vont dans un chantier en sortent employables. On les considère souvent comme des bras cassés, des cas sociaux et les entreprises ne veulent pas s'embêter avec ces personnes mais ils sont capables de faire des choses formidables grâce à un encadrement de qualité et la fierté de produire quelque chose grandeur nature."

Cela ne peut se faire sans un accompagnement personnalisé sur le plan social et professionnel.

La charte de notre réseau repose sur des valeurs importantes :
- pas d'activité occupationnelle
- donner la priorité aux personnes
- valoriser des personnes à travers des parcours de professionnalisation
- donner un encadrement de qualité : un formateur technique en binôme avec un ASP (accompagnateur socio-professionnel), un encadrant social qui aide à résoudre des problèmes de logement, de famille, d'endettement ou à chercher une formation par exemple.

Que font les personnes après un contrat dans l'une des structures de l'insertion par l'activité économique ?
La durée moyenne en atelier et chantier d'insertion est de 10 mois mais ça varie de 3 jours à 24 mois… Ensuite, soit la personne part dans une AI ou EI, soit elle part en formation professionnalisante, soit elle trouve un emploi, soit malheureusement nous n'avons plus de nouvelle. Il arrive aussi qu'elle soit hospitalisée pour raison de santé ce qui n'est pas forcément un mal car peut-être que cette personne ne se serait jamais soignée si elle n'était pas passée par un ACI.

Des travailleurs qui participent au dynamisme économique
"Les personnes en situation d'insertion ont un contrat et donc bénéficient d'un bulletin de salaire. Ces gens qu'on essaie de rendre employables car ils ne le sont pas en arrivant dans une entreprise classique produisent malgré tout de la richesse et gagnent de l'argent et donc le dépensent et participent ainsi au développement économique du territoire."

Quelques chiffres sur les entreprises d'insertion dans les Pays de la Loire
La Loire-Atlantique :
En Loire-Atlantique, les entreprises d'insertion sont en majorité des associations qui oeuvrent dans la récup ! Ce sont à 70 % des hommes, jeunes et sans qualification, à forte majorité bénéficiaires du RSA ou en chômage longue durée.
                     

Maine-et-Loire
Les activités des entreprises d'insertion tournent essentiellement autour de l'agriculture et du bois. La moitié des salariés sont des hommes entre 26 et 50 ans avec un faible niveau de qualification.
                        

Sarthe
Secteur prépondérant : les espaces verts avec un statut commercial. La moitié sont des hommes, les 3/4 entre 26 et 50 ans et pour la moitié détenteurs d'un BEP ou CAP.
                          


Vendée
2/3 des entreprises d'insertion ont un statut commercial sur des activités très variées liées aux déchets, aux services aux entreprises et intérim, services à la personne, agriculture ou bâtiment. Ce sont souvent des structures de petite taille : entre 10 et 20 salariés.
58 % des salariés sont des hommes entre 26 et 50 ans ne possédant aucun diplôme ou un bas niveau de qualification. 

                              

(Source :  Les entreprises d'insertion dans les départements des Pays de la Loire - Observatoire de l'économie sociale et solidaire- Chiffres 2009)