Version imprimableEnvoyer à un ami
Energie

Libre Energie vise l'autonomie énergétique

18/02/2013 | Stéphanie Lechêne

Parce que le soleil est une ressource inépuisable, gratuite et non polluante, la société Libre Energie, implantée à Bouguenais, a parié sur cette source énergétique pour développer son modèle économique. 

Elle propose d'installer des panneaux photovoltaïques sur votre maison, entreprise ou exploitation, et de bénéficier des rayons du soleil pour répondre en direct à vos besoins en énergie. Bruno Grimaud, le gérant, va même plus loin avec un cube livré clé en main, le KW³, pour répondre à la demande en électricité de particuliers installés dans des zones isolées.
 

De l'informatique au solaire
Bruno Grimaud est ingénieur en électronique. Formé à Polytechnique, il travaille dans l'informatique pendant une quinzaine d'années à Nantes dont 11 ans comme directeur d'Oceanet Technology.
Et puis, une envie de changement et une prise de conscience écologique, couplées à la rencontre avec son actuel associé Frédéric Chéreau, le convainquent de fonder sa propre entreprise, Libre Energie.

Libre Energie voit le jour en 2007. L'activité repose essentiellement sur l'installation de panneaux photovoltaïques. "Ce qui m'a motivé au départ, c'était la rentabilité du modèle. En 2006, les énergies renouvelables avaient le vent en poupe, le tarif de rachat était très intéressant, autour de 0,55 €/kWh ; et les aides de l'Etat pour s'équiper en solaire nombreuses et incitatives."

Mais les priorités changent en 2010 en raison de la crise financière. Le décret du 9 décembre 2010 instaure un moratoire sur le photovoltaïque.

Les conséquences sont directes : baisse du tarif de rachat de l'électricité fixé par l'Etat, moins de crédits d'impôts sur les installations et une augmentation de la TVA entraînant l'effondrement du marché du solaire et la faillite de bien d'entreprises du secteur.
Voir l'évolution du prix de rachat de l'électricité depuis 2002.
Pour avoir une idée de l'impact social, 7000 emplois ont été perdus en 2011 sur 25 000.

Bruno Grimaud reste persuadé que c'est le levier économique qui fera le développement durable. Mais dans un tel contexte, les conditions sont défavorables au développement des énergies renouvelables...

Libre Energie n'a pas d'autres choix que de licencier une partie du personnel, et se diversifie pour ne pas couler : elle commercialise alors des isolants par l'extérieur, du solaire thermique, du petit éolien, etc. Bruno Grimaud reste malgré tout attaché au solaire et mise alors sur l'innovation et l'export.

Cap sur le Maroc
Le Maroc sera le pays d'accueil et d'expérimentation d'un tout nouveau produit livré clé en main : le KW³ (Cube).
Objectif
: permettre à des particuliers géographiquement isolés d'être autonome dans leur consommation électrique en substituant leur groupe électrogène contre une centrale solaire.

Le groupe électrogène a de nombreux inconvénients. Outre le bruit et la pollution, il faut s'approvisionner en carburant, de plus en plus coûteux. Avec le KW³, on économise 7 à 8 litres de carburant par jour par rapport à un groupe électrogène, ce qui équivaut à la consommation électrique hors chauffage d'une maison.

"Nous visons les particuliers, évidemment ceux qui ont les moyens pour s'équiper, mais également les professionnels de l'écotourisme. Le Maroc a une vraie volonté d'investir dans le solaire, c'est une ressource gratuite et accessible toute l'année ! Nous sommes aussi en négociation avec l'armée pour les équiper de KW³. Les institutions marocaines accueillent favorablement ce type de développement sur le territoire car le Maroc n'a pas de ressources fossiles disponible."

Prix : comptez entre 14000 et 25000 € selon la puissance électrique souhaitée.





Et en France ?
Le KW³ n'est pas adapté pour le climat français car le moment où nous avons le moins de soleil est celui où nous consommons le plus, en hiver. Alors que dans des pays ensoleillés comme le Maroc, il y a toujours du soleil et la demande en électricité (climatiseurs, appareils divers) est constante.

"Nous travaillons sur un principe de cogénérateur : une chaudière à gaz qui va produire de l'électricité en chauffant de l'eau. Cela permettrait de limiter les pertes énergétiques dans la production électrique en récupérant la chaleur de la chaudière. C'est le circuit court de la production énergétique". Bruno Grimaud parie sur le développement de la cogénération dans les années à venir.

Il souhaite aussi qu'en France, on paie enfin le "vrai" prix de l'électricité qui correspondrait au double de notre facture aujourd'hui.

"Certes, le nucléaire nous a permis d'avoir de belles années à un bas prix mais il faudra un jour payer pour le démantèlement des centrales, la gestion des déchets... et cela n'a pas été provisionné. En payant le vrai prix de l'énergie, on encouragera le développement de solutions alternatives plus économiques et écologiques pour les citoyens."

Et puis "il faudrait faire payer plus à celui qui consomme plus. Aujourd'hui c'est l'inverse : plus on consomme moins on paie !"

Libre Energie, version 2013
Libre Energie, c'est 10 salariés aujourd'hui (30 en 2010) : 2 ingénieurs au bureau d'étude, des assistantes pour gérer le travail administratif très chronophage, et des techniciens pour la pose, la maintenance, et le nettoyage des installations. L'entreprise a gagné des contrats d'entretien après la faillite de concurrents.

"Nos clients sont des particuliers, des PME, des agriculteurs ou administrations installés plutôt en région. On se déplace à moins de 2h de route."

Développer la production et la consommation locale
L'installation de panneaux photovoltaïques est simple : il faute une bonne exposition et une surface de toit suffisante, deux critères qu'un cabinet d'étude compétent analysera pour vous. On connait exactement combien un panneau solaire va produire d'électricité. On multiplie ce chiffre par le nombre de panneaux.

Ainsi, Bruno Grimaud ne voit pas "l'intérêt d'installer de grandes centrales solaires car le volume n'augmente pas la production, contrairement à l'éolien où un parc éolien va produire beaucoup plus que des petites éoliennes domestiques". C'est au citoyen de se réapproprier l'énergie, "c'est comme cela que doit s'opérer la transition énergétique."

Choisir son installation photovoltaïque
Attention aux arnaques : "il y a beaucoup  d'escrocs dans le solaire, des commerciaux qui vont vous vendre une installation de 3Kwh à 20 000 € alors qu'il faut compter à peine 10 000 €" précise le gérant de Libre Energie.
Voir de bons conseils pour choisir son installateur.

Important : choisissez une entreprise locale et implantée depuis longtemps pour être sûr de la retrouver demain en cas de dépannage ou d'entretien !

Un conseil qui rappelle fortement celui de Jérôme Bousquet, gérant d'Eolys qui rencontre les mêmes escrocs dans l'installation d'éoliennes domestiques.

Informations pratiques
Consultez le prix de rachat de l'électricité (du 1/02/2013 au 1/03/2013)
Les modèles avec un système d'étanchéité intégré sont les plus intéressants financièrement, par rapport aux panneaux intergrés simplifiés où il faut un dispositif externe pour l'étanchéité du panneau avec le toit de la structure.