En savoir plus

Où acheter les légumes des Jardins de la Coccinelle ?
- A la Ferme du Bas-Fief à Saint-Lumine-de-Coutais tous les mardis et vendredis de 16h à 19h30.
- Sur place sur commande le mardi soir.
- Au café de l'équipage à Bouaye sur commande.
- Au marché bio de la Grande Ouche à Bouguenais le vendredi soir.
- Au marché de Saint-Léger-les-Vignes le samedi matin.
- Toute la semaine à la ferme de la Ranjonnière, magasin de producteurs à Bouguenais.

Version imprimableEnvoyer à un ami
Alimentation

Les Jardins de la Coccinelle

28/08/2012 | Stéphanie Lechêne
Patricia et Cendrine ont créé les Jardins de la Coccinelle en 2010 à Saint-Mars-de-Coutais. Elles produisent des légumes bio et de saison, un choix qui coule de source pour ces deux maraîchères qui souhaitent produire de la qualité tout en respectant la planète. Leurs produits sont vendus sur place, sur les marchés ou via la distribution de paniers de la Folle tournée paysanne. 
Voir la vidéo

L'histoire d'une reconversion
Patricia était rédactrice technique à l'étranger et Cendrine, gestionnaire patrimoine. Après un tour du monde en 2006, elles réfléchissent à une reconversion qui les conduira en stage chez le cousin maraîcher de Cendrine.

Après une formation et plusieurs expériences dans des exploitations bio, elles s'installent à Saint-Mars-de-Coutais, un peu par hasard, la Loire-Atlantique étant le premier département à avoir répondu favorablement à leur demande d'installation en maraîchage bio.

Du bio à la biodynamie
Depuis plus de deux ans, ces femmes produisent des légumes bio. Elle n'utilisent aucun pesticides ou herbicides. Une grande partie de leur temps consiste à désherber chénopodes et autres espèces envahissantes à la main; un travail fastidieux mais indispensable pour préserver leurs cultures, notamment les carottes, "la bête noire du maraîcher".
Mais il faut aussi semer, biner, arroser, récolter et puis faire les marchés pour vendre leurs produits, préparer les commandes pour les paniers et aussi penser à de futurs projets pour l'exploitation.

Une troisième associée, Marie Bichon viendra les rejoindre l'été prochain pour fabriquer conserves, potages, huiles et autres denrées préparées à partir des légumes des Jardins de la Coccinelle ou d'autres producteurs locaux. Pour cela, un peu de maçonnerie et de menuiserie sont nécessaires pour rénover le hangar qui accueillera l'atelier de transformation prévu à cet effet.

Une vie bien remplie donc mais qui change radicalement avec leur ancienne profession. Et quand on entend parler Patricia, on comprend à quel point faire pousser des légumes dans la terre et les donner à manger à nous, consommateurs, est une fierté !

Et nos deux maraîchères ne s'arrêtent pas là, elles souhaitent passer en biodynamie. Ce mode de production va plus loin que l'agriculture biologique de par sa philosophie mais aussi en rendant autonome la production : limiter les intrants (plants, semences, etc.) et les engrais même naturels. De plus, cette méthode prend en compte les influences planétaires, solaires et lunaires.

Des valeurs à partager
Cendrine Patricia ont la tête sur les épaules, elles savent que changer les habitudes des consommateurs prend du temps et pour cela, elles travaillent en collaboration avec d'autres producteurs pour proposer des méthodes alternatives de commercialisation. Dernière née du fruit d'un an de travail de 18 producteurs locaux, la Folle Tournée paysanne est un service de distribution de paniers bio livrés dans le entreprises ou dans des points-relais. Le client commande sur internet et est livré le jeudi.

Voir le reportage sur La Folle tournée paysanne

Voir la vidéo



Un service complémentaire aux AMAP, marchés et points de ventes dans les fermes plus flexible et avec une offre alimentaire complète. Car l'objectif est bien de montrer et de prouver que derrière ce panier il y a des valeurs : la qualité au service du goût mais aussi de la santé et un réel impact sur l'économie locale pour créer des emplois et développer la filière biologique dans la production agricole.

Cendrine et Patricia sont bien la preuve que l'argent ne fait pas toujours le bonheur, le sacrifice financier de leur reconversion leur permet de jouir aujourd'hui d'une qualité de vie bien plus saine tout en nourrissant les hommes du fruit de leur travail.