En savoir plus

Source : Ethicity 2013 -- Télécharger l'étude
Panel représentatif de la société française de 3577 individus âgés de 15-74 ans, enquête terrain du 21 février au 14 mars 2013.

 

Version imprimableEnvoyer à un ami
Etude

Les français et la consommation responsable : vers une prise de conscience ?

04/04/2013 | Stéphanie Lechêne

Serait-ce l'effet de l'actualité, du cheval dans les lasagnes ? L'étude Ethicity 2013 qui sonde chaque année un panel de français sur leurs achats responsables révèle qu'une prise de conscience est bien en marche. Consommer des produits de qualité, connaître leur origine, limiter le gaspillage alimentaire, autant de comportements qui résistent malgré un contexte économique difficile.
 

Le moral des ménages en berne
Le coût de la vie, le chômage et la précarité associée sont les deux aspects qui inquiètent le plus les français. Un véritable changement par rapport à 2012 où le bien-être de la famille et le fait d'"être heureux" prévalaient…

Et l'avenir n'annonce rien de meilleur car 47% des français pensent que les choses ne peuvent que se détériorer…

Le consommateur ne peut compter que sur lui-même

Alors qu'en 2012, 51% des français croyaient dans l'engagement des marques en matière de développement durable, le chiffre tombe à 43% en 2013. Le greenwashing (marketing vert) largement utilisé par les entreprises dans leur campagne de communication ne séduit plus, ne convainc plus. Et la confiance globale dans les entreprises affiche une descente vertigineuse.

Un chiffre clairvoyant : 

               
On retrouve également cette méfiance envers les services publics. 14% des sondés seulement pensent que les décisions politiques prennent suffisamment en compte les enjeux environnementaux !

En bref, le français ne peut compter que sur lui-même. Et c'est là que le bât blesse.

L'individualisme prévaut : la majorité des français n'ayant pas le réflexe de louer, échanger, acheter et utiliser à plusieurs des objets du quotidien (voiture, outils de bricolage, lave-linge, etc.) contrairement à d'autres pays européens enclins à partager.
Mais si partager se révélait moins cher, 56% des individus franchiraient le pas...

La maitrise de la consommation d'eau et d'énergie reste sensiblement la même depuis 2012 : difficile de faire changer les habitudes (baisser la température dans la maison, éteindre les veilles, mettre des réducteurs de débit d'eau).
Mais les français seraient prêts à changer si l'accès à l'information était plus transparent.

Et que les informations légitimes seraient en priorité l'origine des matières premières et le lieu de fabrication, inscrits sur le produit lui-même.

Et près de 40 % des sondés privilégient les produits dont l'entreprise est implantée localement.

C'est donc bien le levier économique qui est au coeur des préoccupations. 67% des français révèlent qu'ils privilégieraient les produits respectueux du développement durable si les prix étaient accessibles.

Certains ont d'ailleurs amorcé le changement : 34 % ont consommé comme d’habitude mais en remplaçant certains produits par des produits plus durables : c'est 4 points de plus qu'en 2012.



Le développement durable n' est plus la priorité dans les politiques publiques depuis les différentes crises financières. Les entreprises industrielles cherchent toujours à produire plus au prix les plus bas au détriment de la qualité. 
Et le consommateur dans tout cela ? Il signale dans cette étude son "ras le bol" en souhaitant allier qualité et prix raisonnable. La proximité entre le lieu de production et de consommation a alors certainement son rôle à jouer.

Alors n'hésitez pas à parcourir l'annuaire de Consommer Responsable pour trouver sur votre territoire le professionnel engagé dans une démarche durable.