Version imprimableEnvoyer à un ami
Ecocity 2013 3/3

La réapropriation, fer de lance d'actions citoyennes

01/10/2013 | Stéphanie Lechêne

Consommer responsable était présent à Ecocity, le 10ème sommet de la ville durable qui s'est déroulé à Nantes. Nous avons souhaité vous faire partager des initiatives citoyennes classées par thématiques. Monnaie locale ou énergie partagée, découvrez des exemples concrets de réapropriation par les citoyens.
 

Les monnaies locales

A Amsterdam, le Makkie correspond à une heure de temps. Si vous faites quelque chose de bien pour votre quartier, vous gagnez 1 makkie (1h de cours de langue, de jardinage, de couture, de baby-sitting, etc.). Après un an d'activité, on constate une baisse du chômage et plus de solidarité entre les habitants.

Au Brésil, la banque Palmas est né dans un contexte de pauvreté extrême. Expulsés du front de mer de la ville de Fortaleza au profit d'un programme immobilier, les habitants du quartier décident de créer un outil : une banque communautaire qui propose monnaie locale et micro-crédit. Le pays compte 103 banques Palmas aujourd'hui.


Mark Burton est venu de Bristol (Royaume-Uni) pour parler de la Bristol Pound, la monnaie locale de la ville citoyenne.
                                                      
Essentiellement numérique, on l'utilise avec des téléphones ou en ligne pour payer en monnaie locale des biens et services dans un réseau de commerces de plus en plus dense. Les entreprises l'utilisent pour payer leur taxe professionnelles et les habitants pourront très prochainement payer leur impôts avec la Bristol pound. Même le maire de Bristol se rémunère en Bristol Pound.                                               

Lire le dossier sur les monnaies locales complémentaires

A Nantes, la monnaie locale baptisée SoNantes sera mise en circulation au printemps 2014. Complémentaire de l'euro, elle sera un coup de pouce aux entreprises locales qui ont des besoins en trésorerie, et permettra aux nantais de s'approprier leur monnaie dans un circuit court de consommation (piscine, médiathèque, centre de loisirs, cantines, etc.).
                                                    
Patrick Viveret, philosophe explique que les monnaies locales ou plutôt citoyennes permettent de récréer de la solidarité et de redynamiser l'économie locale. C'est une réponse à des dysfonctionnement des systèmes d'échanges monétaires devenus insoutenables et complètement opaques.
Il ne faut pas avoir peur de l'argent, une monnaie ce n'est pas sacré, c'est un outil qui en tant que tel n'a pas de valeur.

L'énergie
Michel Leclerc est vice-président d'e l'association bretonne Energie partagée et préconise de reprendre en main les ressources locales et renouvelables pour produire et consommer de l'énergie. L'idée est de mutualiser un fonds commun via des clubs d'investisseurs (les Cigales) et des bénéficiaires-actionnaires pour financer des projets type éoliennes.

Le parc éolien de Béganne en Bretagne est le premier projet de ce type (en terme de puissance et de montage financier) financé par des Cigales, des collectivités locales et des citoyens.

Au Danemark, la loi impose que 20 % des parc éoliens appartiennent aux habitants qui vivent autour car ce sont eux qui voient leur paysage modifié. De l'implication des citoyens dépend la réussite du projet.

L'intérêt pour les investisseurs épargnants est de savoir où va leur argent. C'est le même principe pour la toute nouvelle plateforme en ligne Lumo qui finance des projets de production énergétique pour les particuliers autour de La Rochelle.

Lire notre dossier sur l'épargne solidaire
 

Lire aussi dans notre dossier :

- La présentation d'Ecocity et la conclusion du Forum par Jean-Marc Ayrault
- Quand les citoyens se prennent en main
- Former les nouvelles générations