Version imprimableEnvoyer à un ami
Economie

La percée des monnaies locales complémentaires

10/10/2012 | Stéphanie Lechêne
Qu'ont en commun la Cigallonde en PACA, le Sol Alpin en Rhône-Alpes, Les 2 lions à Rouen, la Sonnante en Midi-Pyrénées et la Muse en Maine-et-Loire ? Ce sont des monnaies locales complémentaires de l'euro ! Elle sont destinées à circuler uniquement sur un territoire délimité afin de donner un coup de pouce aux commerces de proximité. 

Perte de confiance dans notre système financier, militantisme ou coup de pouce à l'économie locale, chacun trouve un intérêt dans l'utilisation d'une monnaie locale. Nous vous donnons les clés pour bien en comprendre les enjeux.

C'est quoi une monnaie locale ?
C'est une monnaie complémentaire qui n'a pas pas vocation à remplacer l'euro. Vous pouvez vous en servir uniquement dans une zone géographique limitée et dans des lieux de vente adhérents. Sur la fonctionnalité, une monnaie locale ressemble à un ticket restaurant, c'est un bon d'échange.

La monnaie locale invite les citoyens à plus fréquenter les commerces de proximité et donc indirectement à créer de l'emploi : elle donne du sens à l'acte d'achat.

De plus, son impact écologique est réduit car son implantation est locale. Vous encouragez alors les circuits courts de consommation.

Vecteur de lien social, cette monnaie favorise les échanges entre les citoyens, particuliers ou professionnels.

Comment ça marche ?
Si le projet de monnaie locale est porté par une association comme la Muse à Angers, il vous sera demandé dans un premier temps d'adhérer à l'association. Ensuite, vous devez vous rendre dans un Comptoir d'échange (une entreprise/magasin adhérent) pour échanger vos euros contre la monnaie locale.
En général, on fait simple : 1 € = 1 unité de monnaie locale. Pas de centimes pour les monnaies locales.

C'est le moment de faire vos courses. Les magasins qui acceptent les monnaies locales ont une affiche collée sur leur vitrine. Dans votre poche, vous avez la monnaie locale et des euros pour le complément.
Un exemple :
Si la baguette coûte 0,80 Muse, vous donnez une Muse et on vous rend 0,20 en euros. Et pour une heure de dépannage informatique à 35,50 Muses. Vous donnez 35 Muses et 0,50 en euros.

La monnaie locale collectée par le boulanger sera utilisée pour payer ses fournisseurs et pourquoi pas, s'ils le souhaitent, ses salariés.

Une monnaie locale est vivante. Inutile de la stocker sous votre matelas, elle doit circuler pour fonctionner ! Et ceci en dynamisant la consommation locale. On dit que c'est une monnaie "fondante" car elle perd de la valeur si elle n'est pas utilisée. comme votre ticket restaurant. Certaines, comme la Mesure, à Romans-sur-Isère, ont même une date de validité et se dévaluent de  2% au bout d'un trimestre. Pour cela, on pose un timbre sur le billet avec une date de valeur.

Les euros que vous échangerez contre les billets de la monnaie locale sont en général placés sur des fonds d'épargne solidaires et servent à financer des projets locaux.

Est-ce légal ?
Dans un monde où la finance contrôle tout, on peut se demander comment et pourquoi les banques ne freinent pas le développement des monnaies complémentaires.

La réponse se trouve dans le Code Monétaire et Financier français : la monnaie locale est légale mais ne peut être utilisée que dans un réseau bien déterminé et elle ne doit pas être considérée comme un système de paiement. Pas de concurrence donc mais une vraie complémentarité.

La monnaie locale n'existe que dans un réseau d'adhérents, de professionnels et de citoyens qui signent une charte d'engagement. Elle est donc tolérée mais pas encadrée juridiquement.

Pourquoi utiliser une monnaie locale ?
Pour s'approprier sa monnaie ! Pour avoir une vision transparente de son impact économique mais aussi social et environnemental. Car le billet de la monnaie locale que vous utilisez reste dans un circuit court. C'est un geste fort que de contribuer à dynamiser son économie locale.

Pour redonner confiance dans l'échange de l'argent entre un professionnel et un particulier. Il faut savoir que 97 % des transactions financières aujourd'hui sont virtuelles...

Pour faire prendre au consommateur sa responsabilité en utilisant une monnaie pas seulement à valeur économique mais aussi environnementale et humaine.

Les projets de monnaie locale en Pays de la Loire :
A Saint-Nazaire, le projet est prévu pour le printemps 2014 porté par l'association Par ici la monnaie. Reste à lui trouver un nom.
Contact :
Mail : paricilamonnaie44@free.fr / gdanais@free.fr

Le Retz'L à Rezé (44) sera mise en circulation en novembre 2012.
Contact :
Mail : jcchauvigne@gmail.com
Tél : 07 62 54 07 60

A Nantes, une monnaie locale inter-entreprises verra le jour fin 2013. Mi-octobre 2012, un concours sera organisé pour trouver un nom à cette monnaie.

Voir le reportage à Doué-la-Fontaine sur la Muse, une monnaie locale mise en circulation en mai 2012. Avec Philippe Floris, fondateur, un comptoir d'échange et une utilisatrice.

Suivez les actualités nationales sur les monnaies locales.