Version imprimableEnvoyer à un ami
Economie

La Muse : une monnaie locale en Maine-et-Loire

10/10/2012 | Stéphanie Lechêne

Portée par l'association Agir pour la transition, la monnaie locale la Muse est en place depuis mai 2012. De Beaufort-en-Vallée à Chemillé et d'Angers agglomération à Doué-la-Fontaine, vous pouvez désormais payer vos achats en Muse dans les 40 commerces de proximité qui sont aujourd'hui adhérents à l'association.
 

Voir la vidéo

Proche du fonctionnement d'un ticket restaurant la Muse a pour objectif de créer du lien entre les citoyens et les commerçants et artisans de leur territoire. Vous échangez vos euros contre des Muses (uniquement des billets) et vous les utilisez dans les commerces de votre commune. Valeur d'une Muse = 1 €.
           

La muse est une monnaie locale complémentaire : c'est une monnaie car elle est sous forme de billets, locale car elle relocalise l'économie en ne pouvant l'utiliser que dans une zone géographique délimitée et complémentaire car elle est complémentaire de l'euro.

L'objectif est de pouvoir repalper de l'argent liquide car beaucoup de nos achats sont aujourd'hui faits sous forme de chèque ou de carte bleue. C'est le moyen de savoir concrètement combien on dépense.

La monnaie locale créé du lien social : elle rapproche des gens qui ont en commun d'habiter sur le même territoire. Une monnaie locale peut même être un outil politique pour une collectivité qui souhaiterait redynamiser l'activité commerçante de son centre-ville.
La Ville de Toulouse a créé sa propre monnaie locale, le SOL-Violette.

                 
Chose importante pour le consommateur : il sait où va son argent. Il dépense ses Muses dans un commerce qui va lui-même les dépenser pour payer ses fournisseurs, etc.

Philippe Floris, l'un des porteurs de projet de la Muse, se défend d'être vu comme un bobo anti-euro qui souhaiterait développer une monnaie parallèle. Il explique "qu'il y a de la place pour deux monnaies : une pour les échanges (comme la Muse) et une pour la spéculation et les échanges internationaux. J'ai l'impression d'oeuvrer pour un changement, de développer les échanges locaux et le dynamisme de mon département".

Le réseau de prestataires
Quarante prestataires proposent des produits et des services dans le réseau de la Muse. On y trouve une petite dizaine de commerce d'alimentation, secteur d'activité important car côtoyés quotidiennement par les citoyens.
Ces prestataires doivent respecter le cahier des charges élaboré par l'association Agir pour la transition. Ils ont en commun une offre de produits et de services qui contribue au développement durable du territoire.

Voir la liste des prestataires où vous pouvez dépenser vos Muses

Une monnaie locale ne peut exister que dans un réseau clairement identifié (une association, une SCOP ou une collectivité) porteur de projet, avec des prestataires engagés dans une démarche durable et des citoyens qui partagent ces valeurs.
A partir de ces éléments, les monnaies locales sont tolérées et l'activité commerciale qui en découle se fait en totale légalité.

Rachel Piton est gérante de l'épicerie bio Quoi de plus naturel à Doué-la-Fontaine. Dans son magasin, on peut échanger des euros contre des muses (= comptoir d'échange) et utiliser ces muses pour faire ses courses. Elle explique que "les euros échangés contre les muses sont placés à la NEF, une banque qui propose des placements solidaires pour financer des projets locaux."

Voir la liste des magasins où on peut échanger ses euros contre des Muses

"Ce qui me plait, c'est l'aspect économique de la Muse qui contribue à un développement local du territoire. Pour moi, utiliser une monnaie locale était une démarche naturelle : je commercialise des produits d'une trentaine de producteurs locaux, autant les payer en monnaie locale, je sais où va mon argent, et pour le client, il sait où va le sien !".

"Mon chiffre d'affaire varie en 800 et 1000 muses par mois. Je distingue dans ma compta les muses et les euros car il n'y a pas de centimes pour les muses. Le complément se faire en euros.
ex : un pot de miel à 7,95 €, vous me donnez 7 muses et 0,95 euros.

Cela nécessite un double porte-monnaie : un pour les muses et un pour les euros. Mais c'est ce que je dis à mes clients : vous avez bien de la place pour vos cartes de fidélité, vous trouverez bien un peu de places pour les Muses !"

Le point de vue d'une utilisatrice
C'est tout naturellement qu'Amélie Polachowska, résidente de Doué-la-Fontaine, utilise ses Muses chez Quoi de plus naturel.

L'épicerie est pour le moment le seul magasin dédié à l'alimentation de la commune qui accepte cette monnaie locale.

Elle vient une fois par mois échanger ses euros contre des muses et les utilise une fois par semaine pour acheter des fruits et légumes bio.

"J'ai l'impression d'être à l'intérieur de quelque chose qui est en changement, de faire partie d'un collectif. Seul bémol, j'aimerais pouvoir utiliser mes Muses dans plus de commerces alimentaires. 
C'est pourquoi j'incite les habitants à utiliser cette monnaie locale pour voir l'offre de commerçants augmenter. Franchement, le système est très simple même si je comprends que l'intérêt ne soit pas évident au départ. Mais c'est en le faisant que cela prend du sens !"

Faire circuler la monnaie
Pour ne pas que les Muses dorment sous l'oreiller, il existe un outil bien pratique : la fonte. Une fois par an, la monnaie perd 2% de sa valeur. La date d'émission du billet est indiquée sur une vignette collée sur le billet.
ex : si vous n'avez pas utilisé votre billet de 50 euros au bout d'un an, vous devrez payer 1 euro supplémentaire pour le remettre en service. Cette somme servira au fonctionnement de l'association.

Rien de surprenant, les banques vous ponctionne bien chaque mois des frais de fonctionnement...

La Muse : comment l'utiliser ?
Il faut tout d'abord adhérer à l'association Agir pour la transition : de 5 à 30 € selon vos revenus.

Vous allez ensuite dans un comptoir d'échange pour troquer vos euros contre des Muses.

Vous pouvez désormais faire vos achats en Muse dans des magasins adhérents à la charte de l'association.
La Muse se présente sous forme de coupons ou bons d'échange de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 Muses.
Le taux de conversion est de 1 pour 1 (1 Muse = 1 Euro)

Petit plus : les aquarelles aux rectos des billets ont été créées par Yolande Grandcolas et Réjane Veron, artistes peintres de Chanzeaux.